Vous êtes ici

Habitat : la ventilation pour mieux respirer
Habitat : la ventilation pour mieux respirer - Seine et Marne 77 - trouver une entreprise

 

   Ventiler pour mieux respirer ! Ventiler un logement est une nécessité. Pour être sain, l’air d’un
   logement doit être régulièrement renouvelé pour évacuer l’humidité etles polluants. Différentes
   techniques de ventilation existent.

 

La ventilation naturelle 

La première manière de ventiler son logement est dite naturelle bien qu’il s’agisse d’aérer de manière volontaire. Il s’agit d’ouvrir ses fenêtres de manière adaptée selon la température extérieure, en moyenne 15 minutes par jour suffisent. Contrairement aux idées reçues, laisser ses fenêtres ouvertes pendant un quart d’heure en hivers ne refroidit pas complètement votre habitation : l’air peut se refroidir mais le bâti en lui-même n’a pas le temps ! Ainsi l’inertie thermique des murs, du sol, du plafond et du mobilier présent dans chaque pièce permet de réchauffer en quelques minutes les pièces de votre habitation.

En revanche, on parle de ventilation naturelle par défaut d’étanchéité à l’air lorsque l’aération du logement s’effectue de manière involontaire et incontrôlée à cause de malfaçons de défauts de conception au sein du bâti. Dans ce cas-là, les fuites d’air (ou infiltrations) peuvent conduire à de l’inconfort, des surconsommations de chauffage importantes, des pathologies (moisissures…)

 

Dans tous les cas, il est bon de veiller, le cas échéant, au bon entretien des bouches d’aération présentes dans les pièces du logement.

 

La ventilation mécanique contrôlée  

Ensuite, il existe des solutions de ventilations artificielles mécanisées, les fameuses VMC. Plusieurs modes de fonctionnement existent :

• La VMC simple flux, dans ce cas, l’air frais venant du dehors traverse d’abord les chambres et séjour puis est évacué des pièces « humides » par un groupe d’extraction comportant un ventilateur. Ces VMC simple-flux peuvent être autoréglables, elles ont alors des débits d’air constants quelles que soient les conditions extérieures et intérieures ou hygroréglables (de type A ou B) qui permettent de faire varier le débit d’air en fonction de l’humidité intérieure.
 
• La VMC double flux avec récupérateur de chaleur. Dans cette dernière solution, le système limite les pertes de chaleur inhérentes à la ventilation, en récupérant la chaleur de l’air vicié extrait de la maison pour réchauffer l’air venant de l’extérieur. L’économie réalisée est alors comprise entre 7 et 10 % de la consommation de chauffage.
 
• D’autres systèmes de récupération de chaleur comme le puis canadien permet d’optimiser les échanges thermiques. Ces systèmes sont intéressants dans les régions soumises à de fortes variations de températures. En été, l’air est rafraîchi et en hiver préchauffé avant son introduction dans le système de ventilation du logement. Le puits climatique a toujours existé, c’est sa mise en œuvre « industrielle » qui est récente.

 

Le bon choix d’une ventilation mécanique dépend du contexte de chaque logement. Une VMC double-flux ne présente pas beaucoup d’intérêt si le logement n’a pas fait l’objet d’une bonne rénovation thermique. De ce point de vue, le professionnel a un véritable rôle de conseiller. Celui-ci est précieux, car les différences de coûts d’une solution à une autre peuvent être importantes, de 750 à 5 000 euros HT fournies posées

partenaires